Auteur/autrice : elusecologistes

Revue de presse de juin 2024

Ce mois de juin 2024 est malheureusement marqué par le retour de l’extrême-droite et les tentatives d’alliances avec la droite traditionnelle. Nous nous battrons toujours contre la haine et l’intolérance.

Juliette CHESNEL-LE ROUX, 11-06-2024

Juliette CHESNEL-LE ROUX, 10-06-2024

Jean-Christophe PICARD 10-06-2024

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/bonjour-cote-d-azur/dissolution-de-l-assemblee-nationale-le-conseiller-metropolitain-eelv-de-nice-jean-christophe-picard-evoque-une-diversion_VN-202406100204.html

Fabrice DECOUPIGNY 07-06-2024

Categories: Non classé

Revue de presse de mai 2024

En mai l’actualité concerne essentiellement les bateaux de croisière dans la rade de Villefranche. Le combat continue !



Jean-Christophe PICARD 29-05-2024

https://www.lefigaro.fr/nice/voeu-du-maire-de-nice-a-la-vierge-marie-estrosi-une-nouvelle-fois-confrontee-a-des-critiques-d-atteinte-a-la-laicite-20240528

Juliette CHESNEL-LE ROUX 28-05-2024

https://nicepresse.com/cote-dazur-autour-de-nice-les-elus-ecologistes-veulent-la-peau-des-croisieres/

Juliette CHESNEL-LE ROUX 25-05-2024

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/bonjour-cote-d-azur/nice-juliette-chesnel-le-roux-reagit-a-la-polemique-sur-la-possible-fausse-question-posee-a-christian-estrosi-a-la-radio_VN-202404250267.html

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/bonjour-cote-d-azur/nice-juliette-chesnel-le-roux-deplore-que-des-moyens-soient-concentres-sur-des-mesures-de-repression_VN-202404250280.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/nice/nice-christian-estrosi-annonce-un-couvre-feu-pour-les-mineurs-de-moins-de-13-ans-dans-toute-la-ville-2959475.html

Juliette CHESNEL-LE ROUX 24-05-2024

https://www.lefigaro.fr/nice/a-nice-les-ecologistes-denoncent-l-hypocrisie-de-christian-estrosi-sur-l-accueil-des-bateaux-de-croisiere-20240524

Juliette CHESNEL-LE ROUX 23-05-2024

https://x.com/i/status/1793705610942226556

Juliette CHESNEL-LE ROUX 23-05-2024

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/une-mesure-simpliste-l-opposition-municipale-reagit-a-l-instauration-d-un-couvre-feu-pour-les-moins-de-13-ans-a-nice_AV-202404230909.html

 

Juliette CHESNEL-LE ROUX & Fabrice DECOUPIGNY 23-05-2024

https://www.nicematin.com/environnement/les-ecologistes-veulent-un-moratoire-sur-les-bateaux-de-croisieres-923014

Jean-Christophe PICARD 22-05-2024

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/hopman-cup-des-perquisitions-dans-les-locaux-de-la-ville-et-de-la-metropole-de-nice_AN-202405220400.html

https://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/impots-a-nice-christian-estrosi-augmente-la-taxe-fonciere-au-nom-du-service-public-2096223

Juliette CHESNEL-LE ROUX 23-05-2024

https://x.com/i/status/1793703091407102029

https://x.com/i/status/1793707101283332267

https://x.com/i/status/1793708024478978457

https://x.com/i/status/1793711042746372557

https://x.com/i/status/1793712969420804363

https://x.com/i/status/1793714021633241579

https://x.com/i/status/1793716197512388737

https://x.com/i/status/1793714829607272705

Jean-Christophe PICARD 22-05-2024

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/bonsoir-cote-d-azur/hopman-cup-des-perquisitions-dans-les-locaux-de-la-ville-et-de-la-metropole-de-nice_VN-202405220734.html

Categories: Non classé

Non aux bateaux de croisière dans la rade de Villefranche !

Chaque année, la rade de Villefranche est déchirée par d’énormes bateaux de croisières qui polluent l’air et la mer. La rade de Villefranche est notre joyau. Nous ne pouvons pas laisser ces immondices tâcher ce qui appartient à tout le monde.

Depuis 2023, nous demandons la création d’une Aire Maritne Protégée (AMP) dans la rade de Villefranche et un moratoire sur l’interdiction des bateaux de croisière.

Article de Nice-Matin du 23-05-2024 rappelant notre demande de moratoire sur les bateaux de crosières

https://www.nicematin.com/environnement/les-ecologistes-veulent-un-moratoire-sur-les-bateaux-de-croisieres-923014?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTEAAR1-RyQSH4dwsckmY-mOksxVbZph7tRcSMwGlYLg1mtFmFYeKXEtOAAFPAQ_aem_AY9rZP7bN4i28UdIeua49fTawGQzfsOdIf7TDfFqaFXuGtho6f0qT4-iuBHKuCdIycWps4T50hQj97S0SVBic8rM

Juliette CHESNEL-LE ROUX invitée de BFMTV le 23-05-2024 pour évoquer l’interdiction des bateaux de croisière

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/azur-politiques/nice-les-ecologistes-demandent-un-moratoire-sur-les-bateaux-de-croisiere_VN-202405230923.html?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR2LYo7E5u6OwWJNJi08iWoS0_tdhw2cWthK0yiIFT18XeAqqX1pdKavP4U_aem_AY__3DkdV5jMFP12nIhhA1D8NLwR3lWZS5E4GChaSrZMSXEACvJ8YqK_vZ2D8zcEe_vTS_XGjAiz2oTVBd7KNVz6

Article du Figaro du 24-05-2024

https://www.lefigaro.fr/nice/a-nice-les-ecologistes-denoncent-l-hypocrisie-de-christian-estrosi-sur-l-accueil-des-bateaux-de-croisiere-20240524

Categories: Non classé

Revue de presse d’avril 2024

Le mois d’avril 2024 est marqué par la hausse des impôts et notre victoire sur la dénomination du lycée Manouchian.

Jean-Christophe PICARD dans Nice-Matin à propos de la Hopman Cup(22-04-2024)

https://www.nicematin.com/sport/detournements-de-fonds-publics-a-nice-une-enquete-ouverte-a-paris-sur-la-hopman-cup-916607?utm_content=link&utm_term=Page.NiceMatin&utm_campaign=facebook&utm_source=nonli&utm_medium=Social+media&fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTEAAR18yTNIvbENrpxn1-yVtxPT2dmF5Ylym4OV0A5R9p9VC5EbVtP7tZfoAvk_aem_AelUF8Wut5DndwlZoaEBCMjnMH4yFoklK5JYeBg6rKeoZxc114Jd3PaRTpx3JgMpbz75dTAhHQNzvyjdGJgxxBzd

Juliettte CHESNEL-LE ROUX dans Nice-Matin à propos du lycée Manouchian (18-04-2024)

https://www.nicematin.com/education/savez-vous-comment-va-s-appeler-le-lycee-thierry-maulnier-de-nice–916252

Juliette CHESNEL-LE ROUX sur France Bleu à propos du lycée Manouchian (18-04-2024)

https://www.francebleu.fr/infos/education/le-lycee-nicois-thierry-maulnier-change-de-nom-pour-melinee-et-missak-manouchian-6095659

Jean-Christophe PICARD dans Nice-Matin à propos de la Hopman Cup(22-04-2024)

https://www.nicematin.com/sport/detournements-de-fonds-publics-a-nice-une-enquete-ouverte-a-paris-sur-la-hopman-cup-916607?utm_content=link&utm_term=Page.NiceMatin&utm_campaign=facebook&utm_source=nonli&utm_medium=Social+media&fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTEAAR18yTNIvbENrpxn1-yVtxPT2dmF5Ylym4OV0A5R9p9VC5EbVtP7tZfoAvk_aem_AelUF8Wut5DndwlZoaEBCMjnMH4yFoklK5JYeBg6rKeoZxc114Jd3PaRTpx3JgMpbz75dTAhHQNzvyjdGJgxxBzd

Juliettte CHESNEL-LE ROUX dans Nice-Matin à propos du lycée Manouchian (18-04-2024)

https://www.nicematin.com/education/savez-vous-comment-va-s-appeler-le-lycee-thierry-maulnier-de-nice–916252

Juliette CHESNEL-LE ROUX sur Actu à propos du lycée Manouchian (18-04-2024)

https://actu.fr/provence-alpes-cote-d-azur/nice_06088/nice-ce-lycee-va-changer-de-nom-voici-pourquoi-il-fait-polemique_60964083.html

Jean-Christophe PICARD sur Nice-Matin à propos de l’augmentation des taxes (12-04-2024)

https://www.nicematin.com/vie-locale/-sur-un-abonnement-a-netflix-on-est-pret-a-mettre-25-euros-de-plus-par-mois-christian-estrosi-defend-la-hausse-de-la-taxe-fonciere-votee-ce-jeudi-914991

Jean-Christophe PICARD sur BFM à propos de l’augmentation des taxes (12-04-2024)

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/bonsoir-cote-d-azur/nice-le-conseil-municipal-vote-une-augmentation-de-la-taxe-fonciere-l-opposition-denonce-une-mauvaise-gestion_VN-202404110724.html

Jean-Christophe PICARD sur Nice-Matin à propos des toilettes publiques (10-04-2024)

https://www.nicematin.com/vie-locale/les-toilettespubliques-resteront-au-prive-914527

Juliette CHESNEL-LE ROUX et Fabrice DECOUPIGNY sur France Bleu à propos du budget des écoles en 2024

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/nice-l-opposition-ecologiste-denonce-une-coupe-budgetaire-dans-les-ecoles-centres-de-loisir-et-equipements-sportifs-3284718

Juliette CHESNEL-LE ROUX et Fabrice DECOUPIGNY sur Nice-Matin à propos du budget des écoles en 2024

https://www.nicematin.com/vie-locale/les-ecologistes-nicois-denoncent-des-coupes-dans-les-budgets-pour-les-ecoles-le-sport-et-les-loisirs-ils-ne-connaissent-rien-dezingue-la-ville-de-nice-914330

Categories: Non classé

Revue de Presse de mars 2024

En ce mois de mars 2024, l’actualité niçoise a été marquée par la présentation du budget de la Ville de Nice et l’augmentation des impôts pour les Niçois. Nous avons fait le tour des plateaux pour dénoncer les choix désastreux de la majorité.

Jean-Christophe PICARD sur BFM (12-03-2024)

Jean-Christophe PICARD sur BFM (12-03-2024)

Jean-Christophe PICARD sur Nice-Matin, à propos des cadeaux de Richard ORLINSKI à Christian ESTROSI (14-03-2024)

https://www.nicematin.com/politique/cadeaux-de-richard-orlinski-a-christian-estrosi-jean-christophe-picard-eelv-annonce-avoir-saisi-le-procureur-de-la-republique-908776

Jean-Christophe PICARD sur Nice-Presse (14-03-2024) à propos du budget métropolitain

Fabrice DECOUPIGNY en direct sur RCF (15-03-2024)

https://www.rcf.fr/actualite/ditesle-vousmeme?episode=464203

Jean-Christophe PICARD dans Actu 06 (18-05-2024)

https://actu.fr/provence-alpes-cote-d-azur/nice_06088/statues-d-orlinski-offertes-au-couple-estrosi-voici-combien-son-exposition-a-coute-a-nice_60812713.html

Jean-Christophe PICARD sur Nice-Matin, à propos de la taxe foncière (22-03-2024)

https://www.nicematin.com/politique/la-ville-de-nice-veut-augmenter-sa-taxe-fonciere-910850

Jean-Christophe PICARD sur BFM (22-03-2024)

https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/replay-emissions/bonsoir-cote-d-azur/nice-la-fiscalite-devrait-bientot-augmenter-l-opposition-denonce-la-gestion-d-un-enfant-capricieux-et-tacle-estrosi_VN-202403220738.html

Juliette CHESNEL-LE ROUX sur RCF, à propos de la hausse des impôts (27-03-2024)

https://www.rcf.fr/articles/actualite/nice-la-hausse-des-impots-critiquee-par-les-oppositions

Juliette CHESNEL-LE ROUX sur Nice-Matin, à propos de la taxe foncière (28-03-2024)

https://www.nicematin.com/vie-locale/-projets-dispendieux-inutiles-politique-d-urbanisme-imprevisible-etc-a-nice-l-opposition-critique-vivement-la-hausse-de-la-taxe-fonciere-911988

Juliette CHESNEL-LE ROUX et Jean-Christophe PICARD dans Le Figaro (29-03-2024)

https://www.lefigaro.fr/nice/j-assume-ce-choix-a-nice-l-inevitable-hausse-de-la-taxe-fonciere-decidee-par-christian-estrosi-20240329

Juliette CHESNEL-LE ROUX sur France 3, (29-03-2024)

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/nice/pas-grand-chose-selon-la-municipalite-une-augmentation-enorme-pour-l-opposition-le-point-sur-la-hausse-des-impots-fiscaux-a-nice-2946696.html

Categories: Non classé

Conseil Municipal du 11 avril 2024

Interventions de Juliette CHESNEL-LE ROUX, Présidente

 25.5 délibérations budgétaires

Monsieur le Maire, Cher Collègue,

Nous sommes amenés à nous prononcer sur le budget de la Ville de Nice pour l’année 2024. Dans la section des investissements, que l’on trouve dans la délibération 25.5 sur les autorisations de programmes, on y apprend que vous pratiquez le deux poids deux mesures.

Alors, que voit-on dans le tableau ? Eh bien, que vous rabotez 3 domaines d’intervention municipale pour n’en augmenter qu’un seul.

M. CONCAS, qui siégeait à côté de moi il n’y a pas si longtemps, fustigeait vertement les autorisations de programme que vous vous nous soumettiez. Ce sont les mêmes autorisations de programme qu’il défend aujourd’hui corps et âme en m’expliquant, par voie de presse et dans cette Assemblée, que je suis ignare. Mais, Monsieur CONCAS, comme disait Sir Winston Churchill : “si tout le monde peut retourner sa veste, il faut un certain talent pour la remettre à l’endroit”. Il n’est donc point nécessaire de faire preuve d’autant de mauvaise foi pour défendre vos arguments. Les chiffres, eux, ne mentent pas.

Vous me dites, M. CONCAS, que nous n’avons rien compris, que ce budget a été raboté pour s’arrêter à 2026 au lieu de 2030. Alors pourquoi cette règle ne s’applique-t-elle que pour certains investissements ? Mais votre tour de magie dans les chiffres ne cache pas le fait que vous avez diminué le budget 2024. Tout cela, c’est vérifiable, c’est dans votre propre tableau.

Le budget pluriannuel d’aménagement et de mise en conformité des écoles est divisé par 2. En termes concrets, il va perdre 15M€. Pour la seule année 2024, vous n’investirez que 6.58M€ au lieu des 7,93M€ que vous nous aviez promis. C’est regrettable. D’autant que l’augmentation du budget précédent avait déjà été obtenue de haute lutte après notre enquête de 2022. Nous vous avions alertés, vous aviez réagi. Et maintenant que la pression est tombée, les chiffres diminuent à nouveau. En l’occurrence, nous perdons un million d’euros. 

Idem pour le budget pluriannuel d’aménagement et de développement des installations sportives qui est divisé par 3. Sur le long terme, il perd 19.5M€. Pour la seule année 2024, vous investirez 4.34M€ au lieu des 5.6M€ prévus initialement. Donc en 2024, on perd plus de 1M€. Encore.

Et cela continue avec le budget d’aménagement et de mise en conformité des centres de loisirs qui perd quant à lui 1.2M€. Soit, pour la seule année 2024 : 192K€ au lieu des 380K€ que nous avions votés.

Votre plan d’économies d’investissement pénalise donc les écoles, le sport populaire, et les centres de loisirs.

Que vont penser les parents d’élèves et les enseignants de l’école Piaget, dont les fenêtres en simple-vitrage leur font subir des journées dans le bruit et le froid ?

Que vont penser les parents d’élèves de l’école Jacques Prévert, qui craignent qu’un jour une dalle du plafond du dojo tombe sur leur enfant ?

Et l’école Ray-Gorbella qui a toujours des Algeco et attend les travaux tant attendus ?

Et les vestiaires du stade de la Lauvette, qui n’ont pas d’eau chaude le soir ?

Par contre, les économies ne toucheront pas l’investissement dans la vidéosurveillance qui va augmenter de 1.5M€, passant de 33M€ à 34.5M€. Ni non plus celui du commissariat de police St Roch ou la Promenade du Paillon qui correspondent chacun à plus de 23M€ d’investissement pour la seule année 2024.

Encore une fois vous nous parlez de ces jeux d’hiver 2030. Et vous annoncez que des moyens seront déployés dès 2024. Mais quels moyens ? Aucune ligne budgétaire n’est affectée à ce sujet, à part l’annonce de l’embauche d’un Directeur. Non, Monsieur le Maire, nous ne voulons pas faire un chèque en blanc alors que les comptes sont dans le rouge. Nous engager dans un projet sans en connaître les impacts fonciers, écologiques et financiers est tout bonnement irresponsable.

La conclusion de votre politique budgétaire est simple. Des projets dispendieux, des coups de rabots dans des domaines essentiels et une augmentation de l’impôt pour les Niçois.

5.1 : un arbre un habitant

Cher Marc Concas, vous avez cité Molière, alors j’aimerais vous lancer ma réplique « Non ; on est aisément dupé par ce qu’on aime. Et l’amour-propre engage à se tromper soi-même » Molière, le Tartuffe.

Monsieur Leonelli, je vous remercie d’avoir cité Jaurès, une personnalité de gauche « Aller à l’Idéal, c’est comprendre le réel », dans son discours à la jeunesse en 1903 et il enchaînait par « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho ».

Mais revenons à votre délibération,

Proposer d’attribuer un arbre par habitant, c’est un projet magnifique. Quelle écologiste serais-je si je ne le soutenais pas fermement ?

Cependant, pour atteindre cet objectif, il faut de la détermination. Il faut que le projet soit mené sérieusement. Il ne doit pas reposer sur des gadgets.  

Or, quand je lis votre considérant qui se félicite de la distribution de 22.500 végétaux aux élèves niçois, je m’inquiète du sérieux de cette politique.

On se souvient tous de ces petits plants de chênes remis aux enfants. Mais sincèrement, comment croire que nos pitchoui ont trouvé quoi en faire ? L’ont-ils mis sur la terrasse ? Dans un coin d’un jardin public ? Si tant est que leurs plants n’aient pas été arrachés entretemps…

Les enseignants n’avaient même pas été accompagnés dans cette démarche. Alors on oublie cette expérience. 

Un arbre, tant qu’il n’est pas mis en terre, ça ne compte pas.

Il fut un temps où vous nous parliez aussi de forêts Miyawaki. Qu’en est-il aujourd’hui ? Aucune allusion n’y est faite dans la délibération que vous nous proposez de voter.

Pour le reste, nous allons vous suivre et vous encourager dans cette voie. Les arbres nous apportent fraîcheur et oxygène. Il faut continuer d’inventorier, de planter mais aussi de protéger cette végétation essentielle.

Oui, il faut protéger nos grands arbres, majestueux et respectables, comme les avocatiers immenses des propriétés de Cimiez ou de Saint Roch. Et je tiens à remercier M. BETTI et M. LEONELLI pour leur soutien aux Niçois en butte à des copropriétaires moins attentifs au soin qu’il faut apporter à ces compagnons que sont les arbres. Bravo pour leurs conseils.

Protégeons aussi les Ginko Biloba du jardin Wilson. Nous vous soutiendrons dans toutes les démarches qui visent à protéger la biodiversité urbaine. Mais nous n’avons pas la mémoire courte. Nous n’oublions pas que vous avez rasé les orangers du jardin Marshall.

Alors vraiment, je le répète, protégeons nos Micocouliers délicats, nos Paulownia imposants, nos Jacarandas éclatants, nos arbres de Judée roses du printemps. Il faut que les Niçois puissent en profiter dans toute la ville.

Je terminerais en citant le poète libanais Khalil GIBRAN qui écrivait fort joliment que « les arbres sont des poèmes que la terre écrit dans le ciel ».

Je vous remercie.

Interventions de Jean-Christophe PICARD

Il était proposé au conseil municipal de Nice du 11 avril 2024 d’approuver le principe de concession de service public pour l’exploitation et la gestion de huit équipements de toilettes publiques.

Je suis intervenu au nom du groupe écologiste :

Le 27 mai 2021, nous déclarions : « il conviendrait de gérer en régie les toilettes publiques afin de les rendre gratuites, quitte à augmenter le prix des prestations annexes comme la vente de bouteilles d’eau ou de shampoing. »

Le maire m’avait alors fait cette réponse : « Je pense que les remarques de Monsieur Picard sont assez sensées et je les partage. […] Moi, j’ai mesuré notamment pendant les périodes de confinement les difficultés posées […]. Effectivement, nous avons à repenser cette politique. Merci d’avoir ouvert ce débat. »

Dans ce contexte, le 9 décembre 2022, il était proposé au conseil municipal « d’approuver le principe de la gratuité induisant à terme l’abandon du mode de gestion de concession de service public. »

Vous nous proposez aujourd’hui de revenir sur cette position, pourtant adoptée à l’unanimité…

Dans le rapport en annexe, le coût a notamment été mis en avant pour rejeter la gestion en régie : « Une étude RH avait été réalisée en 2021 concluant à la nécessité de prévoir un service de 20 agents représentant un budget de plus de 750 000 euros par an. »

Mais le rapport est biaisé puisqu’il ne parle pas des futures recettes et des bénéfices en termes de salubrité :

1/ Les toilettes même gratuites vont générer des recettes : vente de bouteilles d’eau, de produits d’hygiène, etc.

2/ La ville sera plus propre, ce qui représente un avantage pour les habitants et les touristes.

À l’inverse, l’exploitation sous forme de concession ne sera pas sans incidence financière pour la ville :

1/ La ville devra organiser une procédure de mise en concurrence, d’une part, et contrôler la bonne exécution du service public, d’autre part.

2/ La maintenance des installations, les travaux et grosses réparations des locaux seront à la charge de la Ville.

3/ La ville verse des compensations financières aux exploitants (environ 52 000 €/an).

Pour toutes ces raisons, nous voterons contre cette délibération qui est en contradiction avec vos déclarations, avec la délibération du 9 décembre 2022, avec l’intérêt des Niçois et avec celui des touristes.

Subventions et aides indirectes à divers organismes sportifs

Il était proposé au conseil municipal de Nice du 11 avril 2024 d’approuver l’attribution de subventions et d’aides indirectes à divers organismes sportifs (avec et sans contrat d’objectifs) ainsi que la conclusion de conventions de partenariats avec des athlètes de haut niveau.

Je suis intervenu au nom du groupe écologiste :

Nous souhaitons revenir sur les projets de conventions avec des athlètes de haut niveau pour un montant total de 340 00 euros.

Dans les conventions proposées, il est précisé que l’aide financière accordée a pour objet de participer aux frais engendrés par les déplacements, les entraînements et les compétitions effectués par la bénéficiaire durant l’année civile 2024.

Or, il y a 15 jours, nous prenions acte du rapport de la Chambres régionale des comptes sur la politique sportive de la ville, et aujourd’hui, vous nous présentez le même modèle de convention que d’habitude, qui ne prend absolument pas en compte les importantes observations de la Chambre.

Je cite le rapport : « la chambre observe que la commune n’effectue aucun contrôle sur l’utilisation de ces fonds publics. En particulier, elle n’exige aucun justificatif de dépenses, ni a fortiori de justificatif de non-prise en charge des frais par les clubs (qui bénéficient également de subventions municipales) ou par d’autres financeurs ». La Chambre dit aussi : « la participation des sportifs de haut niveau aux animations pédagogiques doit faire l’objet d’un suivi plus rigoureux pour les impliquer davantage et constituer une condition sine qua non pour le renouvellement éventuel de cette aide financière. »

Mais, dans les conventions proposées, la ville ne fait aucune allusion au contrôle et au suivi. On ne demande aucun justificatif.

Et surtout, vous nous demandez de renouveler des subventions d’un montant parfois important (jusqu’à 35 000 euros) sans même nous présenter un bilan précisant comment l’argent public versé a été utilisé pendant l’année écoulée et si l’athlète de haut niveau s’est rendu au moins une fois par an dans une école niçoise. A priori, sur 26 athlètes en 2023, seulement 16 ont trouvé le temps d’aller rencontrer les petits Niçois dans les écoles et un serait excusé. Donc 9 n’ont fourni aucune excuse.

Alors, me direz-vous, les athlètes de haut niveau n’ont pas que ça à faire ! Ceci étant dit, les mêmes ont trouvé le temps de remplir et de déposer une demande d’aide financière… Alors, nous sommes sûrs qu’ils pourraient également trouver quelques minutes pour rassurer la Chambre régionale des comptes en nous remplissant un petit bilan détaillant l’utilisation de l’aide financière et récapitulant leurs interventions au sein des écoles.

Ceci étant dit, le courrier reçu, ce jour, du directeur général des services va dans le sens de mon intervention, sans doute suite à mes observations en commission. Je vous remercie d’en avoir tenu comptes. Dans ces conditions, nous voterons pour.

Taux de fiscalité 2024

Il était demandé au conseil municipal de Nice du 11 avril 2024 d’approuver les taux de la fiscalité locale pour l’exercice 2024.

 Je suis intervenu au nom du groupe écologiste :

Nous sommes étonnés d’apprendre que vous persistez dans votre idée saugrenue d’augmenter les impôts, et notamment d’augmenter la taxe sur le foncier bâti de 19,18 %…

En effet, il y a eu un débat d’orientation budgétaire et chacun a pu constater qu’aucun de vos arguments ne tenait la route…

Vous dites : c’est la faute à l’inflation ! Mais c’est justement pour tenir compte de l’inflation que les bases fiscales sont revalorisées, chaque année (+ 3,9 % en 2024).

Vous dites : c’est à la faute au désengagement de l’État ! Or, les concours financiers de l’État ne baisse que de 0,3 %.

Vous dites : c’est la faute au désengagement du Département. Ce n’est pas flagrant. Par exemple, le montant de sa subvention en faveur de l’Opéra n’a pas bougé depuis 10 ans.

Vous osez dire : « La suppression de la taxe d’habitation et le maintien de taux de fiscalité bas à Nice permettront, encore en 2024, aux contribuables locaux de payer moins d’impôts locaux en 2024 qu’en 2008. » Quel rapport ? La taxe d’habitation a été supprimée par l’État et elle est compensée par l’État (par une redistribution de la fiscalité locale, financée par un prélèvement sur une partie de la TVA). Les contribuables niçois n’ont donc pas à compenser quelque chose qui est déjà compensé par ailleurs.

Vous dites : la ville de Nice a le plus bas taux ! Certes, mais il convient de rappeler que le taux ne fait pas tout. Il y a la valeur locative qui entre en jeu dans le calcul des montants dus par les contribuables. Il est facile de comprendre qu’une commune qui a de faibles valeurs locatives va devoir voter des taux élevés pour faire rentrer de l’argent dans les caisses. Si vraiment on veut comparer, il faut comparer le produit de la taxe sur le foncier bâti par habitant… Si l’on prend les 6 villes les plus peuplées (à l’exception de Paris et de Lyon qui ont un statut particulier), le produit de la taxe par habitant oscille entre 509 euros et 749 euros. Devinez qui va payer 749 euros ? Oui, malgré leur taux le plus bas, ce sont les Niçois qui paieront le plus, devant Toulouse, Marseille, Nantes, Strasbourg et Montpellier.

La réalité, c’est que depuis votre élection, la taxe sur le foncier bâti est passée de 20,14 % à 35,3 %, soit une augmentation de 75 %. Si on ajoute la taxe métropolitaine sur le foncier bâti que vous avez joyeusement créée en 2018 (de 6,4 %), l’augmentation depuis votre élection n’est pas de 75 %, mais de… 107 % !

Monsieur le Maire, vous ne pouvez pas proposer cette augmentation des impôts qui va altérer le pouvoir d’achat des Niçois : cela irait à l’encontre des déclarations que vous avez faites, il y a un an, sur tous les plateaux télé… Rappelez-vous : la ville est gérée en bon père de famille et il est hors de question d’augmenter les impôts. On nous aurait menti ?

Categories: Non classé

Conseil Municipal du 27 mars 2024

Interventions de Juliette CHESNEL-LE ROUX, Présidente du Groupe écologiste

25.1 Débat d’orientation budgétaire

Monsieur le Maire,

Chers Collègues,

L’exercice du débat d’Orientations Budgétaires de la Ville de Nice est politique et comptable. 

Une fois n’est pas coutume, permettez-moi de me lancer dans un commentaire de texte afin de relever certaines omissions et choix discutables qui ont attiré mon attention dans votre Rapport d’orientation.

Tout d’abord, il est indéniable que nous évoluons dans un environnement complexe. La période actuelle est marquée par des événements internationaux bouleversants tels que la guerre en Ukraine. A cela s’ajoutent des catastrophes naturelles comme les tempêtes Alex et Aline qui ont ébranlé notre Territoire. Ces aléas ont entraîné une augmentation des coûts qui pèsent obligatoirement sur les finances de la Ville. Vous n’en êtes pas responsable et nous le savons. Tout cela, ce sont des faits. Nous ne reviendrons pas dessus.

En revanche, certains choix budgétaires, à votre main pénalisent lourdement les finances des Niçois.

Prenons par exemple l’Hôtel de Police Mutualisé, dont le coût exorbitant en fait le commissariat le plus cher de France. 

Il est attendu que nous déboursions plus de 200M€, dont 108 seront prélevés directement dans la poche des Niçois. Tout cela pour condenser les forces de l’ordre en un seul et même lieu alors qu’il faudrait au contraire les répartir pour que nos concitoyens, se sentent en sécurité, quel que soit leur quartier de résidence. Au lieu de cela, vous choisissez d’investir massivement dans du matériel de surveillance vidéo dont l’efficacité n’a toujours pas été prouvée. Est-ce vraiment la meilleure allocation de nos ressources pour garantir la sécurité de nos concitoyens ?

De même, l’aménagement de la Coulée Verte sur les décombres du TNN et du Palais Acropolis est un investissement luxueux dont la ville va mettre des années à en payer les frais.

Dans un autre registre, il y a également cette volonté persistante d’accueillir tous les événements sportifs possibles et imaginables, et notamment les Jeux Olympiques d’Hiver en 2030. Ce projet, que vous nourrissez avec nos édiles régionaux, n’a jamais fait l’objet d’aucune consultation publique. Combien d’argent allons-nous encore dépenser pour un de ces nouveaux spectacles éphémères dont vous avez le goût ? Prendrez-vous le risque d’endetter la Ville sur 15 ans pour une vitrine de 15 jours ? Et quid de l’impact écologique de toutes les installations jetables, patinoire temporaire, village olympique ? Mais nous en reparlerons plus tard.

En ce qui concerne la fiscalité, le Rapport évoque pudiquement une « nécessaire adaptation des ressources ». C’est une jolie façon d’éluder l’amende de 7M€ que vous nous obligez à subir pour vous exonérer des obligations de la loi SRU. La loi SRU est le socle de l’égalité républicaine. Elle permet à nombre de concitoyens de se loger dignement à l’heure où le parc immobilier privé pratique des loyers indécents. C’est une aberration de vouloir la remettre en cause, c’est la loi. Vous avez voulu faire fi des obligations légales en matière de logements et c’est la collectivité qui en paye les frais. 

Ensuite vous mettez en avant le taux exceptionnellement bas de notre fiscalité qui n’aurait pas bougé depuis 2009. Mais vous oubliez des détails qui n’ont rien d’anecdotiques. Vous oubliez l’augmentation que vous avez voté lors de votre 1ère année du 1er mandat en 2008, soit +75% d’augmentation du taux de la part communale de la taxe foncière entre 2007 et 2024. De même, vous ne prenez visiblement pas en compte la nouvelle taxe métropolitaine de 6.4% sur le foncier bâti qui s’est ajoutée à la taxe municipale en 2018. Vous ne mentionnez pas non plus l’augmentation de 2 points de la taxe des ordures ménagères en 2023, et celle à venir de la nouvelle taxe GEMAPI pour 2024. C’est une omission qui n’est pas sans conséquence. Car les Niçois sont aussi des citoyens de la Métropole et, contrairement à notre assemblée, ils n’ont pas 2 budgets différents pour payer leurs impôts.

La dette de la Ville de Nice gravite donc autour de 550M€. 550M€ qui s’ajoutent aux 1.7 milliards de la Métropole. Avec une durée de vie résiduelle de la dette de 15 ans et 7 mois ( ce sont vos chiffres), c’est très inquiétant. C’est le tonneau des Danaïdes.

Hélas, nous ne sommes pas surpris par ces annonces. Nous l’avions même dit publiquement il y a un an. Vu l’état des finances de la ville et la course effrénée que vous menez vers des projets dispendieux et inutiles, les impôts ne pouvaient qu’augmenter.

Nous y voilà donc, avec votre proposition d’augmenter le taux de la taxe foncière de 20%. Sans compter la revalorisation mécanique des bases de 3.9% et une valeur locative à Nice des plus élevées de France. Ces mesures vont peser lourdement sur les ménages niçois déjà éprouvés par les hausses successives des taxes métropolitaines.

J’arrive ici au bout de mon commentaire de texte. En conclusion, il est temps que la gouvernance de notre ville adopte une approche plus responsable en matière de gestion budgétaire. Les choix actuels semblent davantage dictés par des projets pharaoniques que par une véritable prise en compte des besoins de nos concitoyens, école, sports pour nos jeunes, culture et apaiser la ville.

En tant qu’élus d’opposition, nous continuerons à défendre les intérêts des Niçois et à exiger une gestion plus prudente des finances publiques.

Je vous remercie.

0.3 : Jeux olympiques d’hiver de 2030

Monsieur le Maire, cette délibération énumère les lettres de garanties que vous allez envoyer à Lausanne, au CIO :

La première (G12) nous engage à livrer le village olympique (sur la rive gauche de l’avenue Simone Veil, en face de Ikea) et la nouvelle patinoire à côté du stade Allianz. Il est indiqué dans cette lettre que la ville de Nice s’engage à financer 20% de la patinoire.

Mais nous, élus municipaux qui devons voter ces engagements, nous ne disposons pas des informations nécessaires : Qui va payer ce village olympique ? Est-ce que ce seront des bâtiments temporaires ou ces bâtiments seront-ils convertis pour un usage ultérieur, habitation ?

Combien va coûter cette patinoire olympique ? Nous financerons 20%, mais 20% de combien ? Quelle sera la jauge de cette patinoire ? On a lu dans la presse que ce serait une patinoire de 12000 places pour les épreuves masculines, et une autre patinoire pour les épreuves féminines serait, celle-là, de 6000 spectateurs.

Je m’arrête là : à quoi pourra donc servir une patinoire de jauge 12000 places à Nice, une fois les JO terminés ? Nous qui ne savons même pas remplir notre stade Allianz pour des matches de notre équipe OGC Nice ?

Concernant le Palais des Expositions, esplanade M’al Delattre de Tassigny, là, je ne comprends pas bien. Vous vous engagez auprès du CIO à mettre le Palais des Expositions à disposition du CIO pendant la période des jeux en 2030. Mais alors, quid des travaux du Palais des Arts et de la Culture ? Quel est le calendrier des travaux du futur Palais des Expositions ? Les JO seront-ils accueillis dans ce nouveau Palais ?

La 3ème lettre de garantie (G14) est étonnante.  Elle confirme qu’aucun site « permanent » ne sera construit près d’une zone naturelle ou de culture protégée. Alors là, c’est osé quand même. Vous avez expulsé des agriculteurs pour construire la voie de 40 mètres. Vous avez modifié le PLUm pour rendre ces zones non naturelles, non agricoles. Et maintenant, vous affirmez aisément que la zone concernée n’est pas, n’est plus une zone naturelle.

Alors nous ne voterons pas cette délibération.

Et nous réaffirmons notre opposition à ce projet des Jeux Olympiques et paralympiques d’hier 2030 dans les Alpes françaises étendues de Annecy à Nice en passant Briançon. Un projet imposé aux populations sans consultation ni débat public, un projet incompatible avec les limites planétaires et climatiques.

Intervention de Jean-Christophe PICARD

Il est proposé au conseil municipal du 27 mars 2024 de prendre acte du rapport d’observations définitives de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la commune de Nice dans le cadre des enquêtes régionales sur la politique sportive et la politique culturelle de la ville pour les exercices 2015 et suivants.

J’interviens au nom du groupe écologiste :

C’est un rapport qui contient de nombreuses observations intéressantes. Je suppose que les services ont spontanément prévu d’en tenir compte.

Il y a une seule recommandation mais qui est d’envergure : améliorer le contrôle et l’évaluation des conventions passées avec les associations sportives et les sociétés sportives professionnelles, d’une part, et les associations culturelles, d’autre part.

Nous reviendrons néanmoins sur quelques passages…

1/ Depuis 2011, la collectivité a mis en place des conventions de partenariat avec des sportifs de haut niveau niçois ou licenciés à Nice…

Je cite le rapport : « la chambre observe que la commune n’effectue aucun contrôle sur l’utilisation de ces fonds publics. En particulier, elle n’exige aucun justificatif de dépenses, ni a fortiori de justificatif de non-prise en charge des frais par les clubs (qui bénéficient également de subventions municipales) ou par d’autres financeurs ».

Une des contreparties de ces conventions de partenariat était de participer à des animations pédagogiques dans les écoles de la ville de Nice, au moins une fois par an. A priori, une fois par an, c’est trop pour certains sportifs censés être très attachés à notre ville…

La Chambre dit ainsi : « la participation des sportifs de haut-niveau aux animations pédagogiques doit faire l’objet d’un suivi plus rigoureux pour les impliquer davantage et constituer une condition sine qua non pour le renouvellement éventuel de cette aide financière. »

2/ Le rapport rappelle que « la commune n’a pas pu mettre à disposition du TNN les trois salles pérennes nécessaires à la poursuite de son activité, comme elle s’y était engagée auprès du ministère de la culture pour obtenir l’autorisation de démolition. Le conseil municipal n’a pas été informé en amont du coût de la relocalisation du TNN ».

Surtout, il est dit que « la relocalisation du TNN sur plusieurs sites (Franciscains, Palais des Arts et éventuellement Arènes de Cimiez) entraînera des charges de fonctionnement supplémentaires pour le TNN, en termes de logistique et de moyens humains. La collectivité n’a pas transmis à la chambre de documents ou d’études prévisionnelles sur ce sujet ».

3/ Le rapport nous apprend l’existence d’un rapport intitulé « La Victorine, une renaissance dans le monde d’après », payé par la ville, qui vous a été remis en juin 2020. Ce rapport n’a pas été communiqué au conseil municipal. Après le rapport de la Mission Port, après celui sur le futur méga hôtel de police, encore un rapport classé top secret !

4/ Enfin la Chambre relaye certaines informations que vous lui avez fournies. Pouvez-vous les confirmer devant le conseil municipal ?

Il est évoqué un Palais des Arts et de la Culture, annoncé initialement en 2025, serait désormais livré pour 2027… Pouvez-vous nous confirmez cette date ?

La Chambre évoque également le plan piscine… Pouvez-vous dire au conseil municipal où il est en est ? Je crois que France 3 Côte d’Azur se pose également la question

Studios de la Victorine : une convention mal ficelée

Il était proposé au conseil municipal du 27 mars 2024 d’approuver le choix du délégataire et les termes du contrat dans le cadre de la concession de service public pour le financement, la conception, la réalisation et l’exploitation des Studios de la Victorine.

J’interviens au nom du groupe écologiste :

Le 30 juin 2022, le conseil municipal approuvait le principe de concession de service public pour le financement, la conception, réalisation et l’exploitation des studios de la Victorine. Vous annonciez un montant minimum d’investissement de 35 millions. Cette précision est importante puisque la durée de la concession est corrélée à la durée d’amortissement des investissements. Donc, 35 ans pour 35 millions.

Le 31 mars 2023,, le conseil municipal déclarait infructueuse la procédure et lançait une procédure sans publicité ni mise en concurrence

Aujourd’hui, vous nous demandez de retenir l’offre du groupement Color/CCI…

Le contrat de concession détaille des dépenses d’investissement à hauteur de 37,5 millions. Il est précisé que « ces montants intègrent la subvention du CNC » qui s’élève à 5,9 millions. Le concessionnaire investira donc 37,5-5,9 millions, soit 31,6 millions. On s’écarte un tantinet des 35 millions prévus initialement…

Mais ce n’est pas tout. On imagine qu’en 35 ans, le concessionnaire aura le temps de capter d’autres subventions, du CNC, de la région, de l’Europe, etc.

On pourrait penser que ces futures subventions augmenteront mécaniquement le montant des investissements à réaliser ou diminueront mécaniquement la durée de la concession. Ce serait logique. Mais vous ne fixez aucun cadre en ce sens.

Certes, Vous prévoyez une procédure de réexamen (article 37), ce qui est bien. Et si cette procédure n’aboutit pas, il est prévu une conciliation. En cas d’échec de cette conciliation, il faudra se tourner vers le tribunal administratif…

Et que va faire le juge administratif ? Il va lire le contrat de concession et notamment l’article 30 qui stipule ceci : « Le Concessionnaire peut solliciter des subventions et participations auprès d’entités tierces pour contribuer aux opérations d’investissement à sa charge. »

Bref, on attribue une concession de 35 ans à un concessionnaire parce qu’il est censé investir 35 millions sauf qu’il investira moins, voir beaucoup moins que 35 millions ! Et le contrat que vous proposez l’y autorise expressément.

Categories: Conseil municipal

Désenclavons Nice grâce aux trains de nuit !

Tribune de février 2024,

Les élus écologistes de Nice défendent le retour des trains de nuit au départ de notre belle ville. Avant 2010, ces trains nocturnes étaient une composante essentielle de notre réseau de transport. Ils offraient une alternative à la fois écologique et économique au transport aérien.

Malheureusement, ces services ont presque disparu. Cela laisse un grand vide.

En plus d’être écologiques, les trains de nuit permettent de gagner du temps en arrivant tôt le matin. Leur réintroduction permettrait de désenclaver Nice en la reconnectant aux autres grandes villes françaises et européennes.

Pour concrétiser cette vision, il est impératif de redéployer ces services ferroviaires et de moderniser les wagons. Pour cela, nous plaidons en faveur d’une tarification incitative qui rendra ce mode de transport beaucoup plus attractif.

En tant qu’élus écologistes, nous sommes convaincus que le retour des trains de nuit contribuera significativement à une mobilité plus durable. Le train Paris-Nice est un succès qui doit être étendu à Nantes et Strasbourg.

Nous appelons donc les collectivités et le gouvernement à agir, afin d’offrir à nos concitoyens une option de transport écologique, économique et pratique.

Les Conseillers Municipaux d’opposition écologistes

Categories: Tribuna liéura !

Non aux JOP d’hiver 2030 !

Tribune de janvier 2024,

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’Hiver dans les Alpes Françaises en 2030 est un non-sens économique et une aberration écologique. 

La crise climatique se fait déjà ressentir dans nos montagnes, avec des changements dramatiques dans la couverture neigeuse. L’organisation des Jeux Olympiques nécessite d’énormes quantités d’énergie, de matériaux et de déplacements, contribuant ainsi à l’empreinte carbone déjà alarmante de nos Régions. Opter pour des Jeux Olympiques dans les Alpes françaises, au lieu de promouvoir la préservation de notre écosystème fragile, semble être une décision inconsciente et contradictoire.

Localement, nous subirons la construction d’une patinoire dans la Plaine fertile du Var, un afflux d’avions sur notre aéroport et encore plus de canons à neige à Isola…

Ces Jeux vont à l’encontre des principes de durabilité et de protection de la nature. Il est donc essentiel de remettre en question cette initiative au nom de la préservation des écosystèmes alpins et de la responsabilité collective envers les générations futures.

Quant aux coûts financiers exorbitants impliqués dans cette organisation, l’expérience montre qu’ils dépassent toujours les bénéfices économiques obtenus sur le terrain.

Nous refusons ces JO sur notre territoire et nous sollicitons un referendum pour collecter l’avis des citoyens.

Categories: Tribuna liéura !

Gardar lu traspuòrts e retrobar lo poder de cròmpa

Tribuna d’octobre dau 2023

Despí lo 01/07/2023, la Metropòli de Nissa (MNCA) augmentèt lo prètz dei traspuòrts. Embé la desparicion de l’abonament « salariat », lu emplegats devon pagar 98€ de mai. Per li familhas embé de pichoï escolarizats son 55€ de mai. E lu ancians si retròban m’una factura que puèt de 24%.

En mai d’aquò, lo servici es pas mai buòn vist que l’investissament de la Régie Lignes d’Azur perdèt 8M€.

Aquela augmentacion brutala es un vertadier problèma sociau. Son li familhas m’un salari pichin, lu estudiants e lu retirats que n’en patisson mai. La MNCA cava li inegalitats sochiali sus la terrada d’una inflacion que gangrenisse ja li finanças dei nuòstres citadins.

Non si pòu tolerar.

Lu traspuòrts collectius balhan una alternativa autant pràctica coma ecològica ai veïculs individuals. E pura, l’abonament « sociau » prenguèt 28% e la gratuitat de fin de setmana per lu joves foguèt bèla soterrada.

Au contrari, lu vuòstres conselhèrs municipaus ecologistas vi propauan de tornar ai prètz dau 2022, de retrobar la carta « 10 viatges » per 10€ e d’instaurar la gratuitat dei traspuòrts per lu pichoï e lu estudiants.

Aquò faria 5 millions d’euros : cen que paga la Metropòli per remborsar lu dèutes laissats per lo GIP « Grand Prix du Castellet », que Christian ESTROSI n’es lo president.

Arriba l’ora d’arrestar de bregalhar lo pítol dei citadins.

……………………………………………………………………………………..

Protéger les transports et retrouver le pouvoir d’achat

Les transports en commun offrent une alternative pratique et écologique aux véhicules individuels.

Or, depuis le 1er juillet 2023, la Métropole a fait flamber les tarifs du Réseau Lignes d’Azur. Avec la disparition de l’abonnement salarié, les travailleurs doivent débourser 98€ de plus qu’en 2022. Les parents d’enfants scolarisés paient en moyenne 55€ de plus et les séniors ont vu leur facture bondir de 24% du jour au lendemain.

Cette hausse brutale pose un véritable problème social car ce sont les familles à faible revenu, les étudiants et les personnes âgées qui sont les plus touchés. La Métropole creuse les inégalités sociales dans le terreau d’une inflation qui gangrène déjà les finances de nos concitoyens. Ce n’est pas tolérable.

Alors qu’il faudrait encourager les modes de déplacements peu polluants, la Métropole complexifie la mobilité. L’abonnement social a pris 28% et la gratuité du week-end pour les jeunes a été enterrée.

Tout cela pour financer les projets pharaoniques de M. ESTROSI !

Face à cela, les conseillers municipaux écologistes proposent de revenir aux tarifs de 2022, de retrouver la carte « 10 trajets » à 10 euros et d’instaurer la gratuité des transports pour les enfants et les étudiants.

Cela coûterait environ 5 millions d’euros. C’est le prix que nous coûte l’organisation du Grand Prix du Castellet pour lequel la Ville de Nice paye alors qu’il n’est même pas dans notre département.

Assainissons nos finances et pensons enfin aux Niçois.

Categories: Tribuna liéura !
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial