Auteur : elusecologistes

Enquête sur l’état des écoles à Nice

1 Comment


L’enquête que vous vous apprêtez à lire est le fruit d’un long travail mené par les élus du Groupe écologiste pendant l’année scolaire 2021-2022. Elle est née d’un constat simple. Alors que la gestion des écoles publiques est une compétence communale, la Ville de Nice ne dispose d’aucun rapport public sur l’état de ses infrastructures éducatives. 

Pour pallier ce manque, nous avons préparé un formulaire anonymisé qui a été distribué à tous les établissements scolaires de la Ville. Le taux de réponse a largement surpassé nos espérances. La moitié des écoles niçoises a répondu à nos questions. 

Ce rapport présente l’intégralité de nos résultats. Nous voulions que cette enquête soit aussi fidèle que possible à la réalité du terrain. Elle regroupe donc à la fois des données chiffrées et des citations d’informateurs obtenues grâce aux questions ouvertes. L’ensemble des données brutes à partir desquelles nous avons travaillé peut être librement consulté en annexe. Seuls les noms des contributeurs ont été retirés. 

Les conclusions de cette enquête font apparaître un étonnant paradoxe. D’un côté, l’immense majorité des écoles niçoises est très bien dotée en matériel de base. Presque aucune classe ne manque de mobilier ou de fournitures de bonne qualité. En revanche, les témoignages mettent en lumière de graves problèmes liés aux bâtiments. Un nombre conséquent d’écoles est exposé aux infiltrations, aux moisissures et à la vétusté. Ces difficultés sont dramatiques. Dans la mesure où elles concernent des enfants âgés de trois à onze ans, elles constituent un véritable problème de santé publique. 

Ce n’est pourtant pas l’argent qui manque. La Ville de Nice dispose de ressources économiques suffisantes pour redresser la barre. Tout n’est qu’une question de volonté politique. Alors que doit-elle privilégier ? Notre jeunesse ou de coûteux projets inutiles ? 

Le travail de notre groupe n’est qu’une première pierre à l’édifice. Nous ne disposons pas des moyens de la Municipalité. Aussi, bien que nous ayons réalisé cette enquête le plus consciencieusement qu’il soit, ce sujet mérite une approche plus exhaustive. C’est la raison pour laquelle nous demandons aux pouvoirs publics de la Ville de Nice la réalisation d’un audit sur l’état des écoles maternelles et élémentaires du territoire. 

Pour l’avenir de nos enfants, l’heure est venue de se retrousser les manches. 

Comme le dit si bien l’expression niçoise : avèm de pans en la mastra

Nice Matin du 15 septembre 2022 :

https://www.nicematin.com/politique/mal-isolees-trop-petites-degradees-lopposition-ecologiste-tire-la-sonnette-dalarme-sur-letat-des-ecoles-de-nice-793914

RCF du 15 septembre 2022 :

https://www.rcf.fr/articles/actualite/ce-que-revele-lenquete-sur-les-ecoles-de-nice-devoilee-par-les-ecologistes

La réponse de la Mairie :

Notre réponse :

L’Echo du Mercantour du 22 septembre 2022 :

Categories: Non classé

Communiqué de presse : La vie des Niçois n’est pas une télé-réalité !

Caméras de surveillance : La vie des Niçois n’est pas une télé-réalité !

Après le projet « Reporty » et les tentatives d’implanter la reconnaissance faciale épinglées par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en 2019, la saga liberticide continue du côté de Christian Estrosi. Un nouvel arrêté préfectoral, publié le 29 juin 2022, vient d’autoriser la Ville de Nice à installer 2.258 nouvelles caméras de vidéosurveillance.

Nous savons pourtant que ces appareils sont presque inutiles au quotidien. Une étude réalisée par la Gendarmerie nationale, publiée en septembre 2021, ne constate pas « de diminution significative du volume d’infractions enregistré après l’installation de caméras ». Et si les enregistrements de vidéoprotection contribuent à la résolution d’enquête judiciaire en apportant des indices ou des preuves, c’est « dans des proportions particulièrement ténues (environ 1 % des enquêtes étudiées) ».

Mais au-delà de cette inefficacité, nous sommes particulièrement interpellés par un détail. Le texte autorise le transfert des images du centre de supervision urbain (CSU) vers le bureau de monsieur le Maire. Cela signifie que toutes les images collectées par les caméras de surveillance pourront être directement visionnées par le premier édile.

Bien que le Maire soit légalement un officier de police judiciaire, nous sommes très inquiets quant aux dérives que cela pourrait engendrer.

Le réseau actuel compte déjà 3 865 caméras. Certaines d’entre elles peuvent être couplées avec un logiciel de profilage actuellement en expérimentation à Nice. Comment ne pas craindre que ce système puisse être utilisé à mauvais escient, contre les citoyens qu’il était censé « protéger » ?

Les élus du Groupe écologiste considèrent ces faits comme une dérive très grave de la politique de Christian Estrosi. Dans le sillage de la LDH de Nice, nous rappelons notre opposition à la mise en danger des libertés publiques sous couvert de sécurité.

Nous refusons l’intrusion injustifiée du Maire dans la vie privée de ses administrés.

Les élus du groupe écologiste.

Categories: Août 2022, Presse

Contribution des élus du groupe écologiste -Requalification des espaces publics des quartiers Est de Nice

Contribution des élus du groupe écologiste 

Requalification des espaces publics des quartiers Est de Nice 

Dans le cadre des travaux de réaménagement du Projet Urbain Partenarial 109, la Métropole Nice Côte  d’Azur et la Ville de Nice lancent la requalification des espaces publics et des voiries dans les quartiers  EST de Nice. 

Compte-tenu des enjeux liés à la requalification des voiries, le groupe des élus écologistes de la Métro pole Nice Côte d’Azur et de la Ville de Nice se sont penchés attentivement sur le projet qui est actuelle ment à l’étude. Par la présente contribution, nous souhaitons vous faire part de nos remarques. 

Présentation de la concertation 

1) Ce document présente des informations beaucoup trop floues pour pouvoir être commen tées par les habitants de Nice concernés. Tout le monde sera forcément d’accord pour le  constat. Ce quartier mérite mieux.  

Mais pour les propositions, elles restent très floues : « lieu porteur d’activités innovantes »  (entreprises, université, culture ? pour qui, pour quoi ?) ou encore « îlots de fraicheur et re fuge de biodiversité » (comment ? Quelle échelle ?) etc, nous développerons nos questions  ci-dessous. 

2) Le document ne présente aucun calendrier prévisionnel des chantiers. 

Périmètre d’enquête 

3) Tout d’abord, nous sommes assez surpris par la petite taille du périmètre concerné. En effet,  nous lisons que la concertation porte théoriquement sur un « projet d’aménagement des voi ries de la totalité des quartiers Est de la ville de Nice ». Cette entreprise s’inscrit, toujours  selon les mots des textes officiels, dans « une stratégie d’aménagement globale du quartier  avec un renouvellement urbain important porté par trois projets majeurs, acteurs de la redy namisation du quartier ».  

Or, nous remarquons que l’enquête publique – c’est-à-dire le véritable champ d’action des  populations concernées – ne porte que sur quelques artères routières de ce même quartier.  

Nous trouvons donc étrange qu’une démarche ayant pour ambition de présenter les enjeux  et grandes orientations d’aménagement d’un espace aussi vaste laisse en vérité si peu de  place aux idées qui pourraient naître de ce collectage. Cela est d’autant plus dommageable  que le processus de concertation doit justement pouvoir nourrir un débat citoyen qui per 

mette à chacune et chacun de donner son avis et de faire part de ses éventuelles suggestions.  

Aussi, puisque la majeure partie de l’espace aménagé est préemptée par de grands promo teurs. Sur la cartographie, les zones les plus importantes sont des « Espaces à aménager par  les promoteurs immobiliers (hors concertation publique) ». 

Le débat qui est proposé semble aussi dérisoire que de bâtir une rue en ne proposant aux  habitants que de choisir la couleur de leurs pots de fleurs. 

4) De la même façon, nous nous interrogeons sur la mise à l’écart de la rue Richardson et de  l’avenue du Trident. Pourquoi ces deux artères ne sont-elles pas intégrées au projet de re qualification ? Nous pensons qu’il n’est pas équitable de laisser une partie des habitants de  ce quartier sur le bord du chemin. D’autant que l’Avenue du Trident héberge l’une des asso ciations culturelles les plus actives en matière de promotion de la langue et de la culture  niçoise dans notre ville. 

Liens avec le tramway 

5) Par ailleurs, le projet est situé dans un quartier en mutation à l’Est de la ville de Nice. Nous  vous rejoignons sur le fait qu’à ce jour, ces espaces nécessitent d’être réhabilités et moder nisés pour accompagner le développement de ce lieu de vie. Nous sommes convaincus que  cette requalification est l’occasion de créer de nouveaux projets d’aménagement durable qui  puissent profiter au plus grand nombre. Aussi souhaiterions nous attirer votre attention sur  la question des transports.  

Il est annoncé que l’auto-pont va être détruit. Mais quels liens futurs pourront être faits avec  le tramway ? Tout l’intérêt de cet équipement réside dans sa connexion avec le réseau de  transport urbain et les espaces qui restent à aménager.  

Les cartographies jointes à la concertation ne situent pas où se trouveront les futurs arrêts  du tramway et les actuels arrêts de bus. 

Il y aurait donc beaucoup à faire et à se demander en ce qui concerne la mobilité future des  habitants des quartiers Est de la ville de Nice. Malheureusement, toutes ces questions ne font  pas partie du périmètre de la concertation… 

Mobilité à vélo 

6) De la même façon, nous mettons en garde les pouvoirs publics contre les impensés en ma tière de mobilité à vélo.  

Dans son dernier classement annuel des villes cyclables de France, la Fédération des Usagers  de Bicyclette a placé notre ville en queue du peloton avec une note de 2.6 sur 6 et l’indice F  sur une échelle allant de A à G. Il reste encore de très gros efforts à faire si nous désirons que  Nice devienne une collectivité favorable aux mobilités douces.  

C’est la raison pour laquelle nous nous réjouissons de lire qu’une piste cyclable a été prévue  pour les quartiers Est. 

Cette fois encore, il n’est pas indiqué où sera située et comment cette piste cyclable sera intégrée à un véritable réseau de déplacement global. 

Les quartiers Est ont besoin de cette alternative à la voiture. Nous pensons toutefois qu’elle  doit être pensée en amont, de manière intelligente et concertée. De notre point de vue, elle  ne pourra être pleinement efficace qu’à condition de s’inscrire dans un Plan vélo à l’échelle  de toute la Métropole Nice- Côte-d’Azur.

Carences de verdure 

7) Nous nous montrons également très réservés en ce qui concerne la réalité du « verdisse ment » de ce quartier. Il est prévu, dans les documents fournis à l’occasion de cette enquête,  que le projet des quartiers Est de la ville « renforce les liens entre les Rives du Paillon […] en  améliorant le cadre de vie et l’environnement des habitants. »  

Nous lisons que cet objectif pourrait être atteint grâce à la « végétalisation des espaces pu blics, et […] la création d’îlots de fraîcheur et de refuges de biodiversité ».  

Nous sommes très satisfaits de la prise en compte de l’enjeu environnemental dans les stra tégies d’aménagement urbains de notre ville.  

Cependant, encore fois, la présentation est insuffisante sur ce sujet. 

Dès lors, nous souhaiterions savoir comment une entreprise de végétalisation et de rafraî chissement de l’atmosphère pourrait fonctionner sans qu’aucun parc ne soit aménagé dans  le quartier. Il nous semble en effet que l’espace est suffisamment vaste pour accueillir un lieu  de verdure où les habitants, de toutes espèces, pourraient venir se ressourcer et profiter d’un  cadre naturel.  

Nous suggérons donc la création d’un parc sur le site des quartiers de l’Est (voir notre carte),  incluant un jardin d’enfants et un espace canin. 

Site du nettoiement 

8) Il est indiqué dans le Panneau n°2 que les services de la collecte et de la propreté des services  du nettoiement vont déménager

Qu’en est-il de la déchetterie ? 

Où va-t-elle déménager ? 

Logements 

Le projet évoque des « logements mixtes » mais n’en donne ni le nombre, ni la composition.  Il aurait été notamment intéressant de connaître la part de logements sociaux. 

Combien de nouveaux habitants, ces bâtiments du site du nettoiement et du site du CML,  vont-ils apporter au quartier ? 

Est-ce que l’extension de 3 classes de l’école Arziari sera suffisante pour absorber les nou veaux écoliers ? 

9) Pour finir, ce mois-ci, la plateforme d’orientation Diplomeo a publié son palmarès des villes  préférées des étudiants. Sur l’ensemble des vingt-deux communes en lice, la notre se classe  douzième. En cause, le coût de la vie (21esur 22) et du logement (19esur 22). En général, il  faut débourser environ 670 euros pour un appartement de 25 m² meublé. Ce loyer augmente  lorsque l’appartement se situe à proximité d’une école ou d’une université selon une autre  étude de Flatlooker. Nous croyons donc que le logement étudiant doit devenir une priorité  pour redynamiser notre ville. Pourquoi ne pas allouer une partie des projets immobiliers des  quartiers de l’Est à la construction de résidences étudiants ? Celles-ci pourraient assouplir le  marché immobilier à destination des jeunes tout en leur permettant de se loger à des tarifs  plus accessibles.

Categories: Consultations Publics
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial